Revue du Naim 5SI

Pour ceux qui aiment la musique, cet amplificateur représente une bouffée d'air pur au milieu de tous ses concurrents.

Julian VEREKER le fondateur de NAIM envisageait déjà en 1983 un petit intégré, le premier de la marque, sous le pseudo de "NAIT " depuis la même référence a fait son chemin sous différentes versions. Adepte d'un travail important sur la qualité de ses alimentations, NAIM ne force pas sur la puissance ou sur les caractéristiques de distorsion harmoniques. Il y a un espèce d'entêtement à faire des circuits les plus musicaux au détriment de toutes les idées reçues sur la puissance d'un ampli. Tant qu'il est capable de faire sonner correctement toutes sortes d'enceintes, le but principal est atteint.

Le NAIT est aussi bien fini que le reste de la gamme, son prix assez bas n'y change rien, la présentation est sobre et fonctionnelle, les entrées sont suffisantes pour une installation domestique. Il faudra penser à rajouter un étage phono en cas d'utilisation d'une platine vinyle. Ce qui compte le plus c'est la façon d'écouter la musique. Pour cela, et encore une fois à ce prix, cet engin dépasse ce qu'on peut imaginer d'un aussi petit ampli.

Un beau jour, et c'en était un, je tombe sur un disque de Miles DAVIS, assez rare, je crois, Milt Jackson est au vibraphone ce que Miles est à la trompette, c'est résonnant comme il faut, des petites gouttes de rosée tombant sur du cristal. C'est vraiment une impression très réaliste. Les autres musiciens ne sont pas en reste. Qui aurait pu imaginer trouver sur le même disque Coltrane, Monk, Clarke, Chambers, Jones et Garland ? Là tout simplement le NAIT rend tout évident notamment la texture des différents instruments, La basse est juste bien, comme il faut. Ce disque a déejà été réédité, il faut se le procurer, c'est "essentiel".

C'est Brian ENO qui s'y colle pour la suite, ENO grand musicien dans un autre genre, ici dans un album très fouillé, très léché "Before and after science..."On égrenne les morceaux avec douceur, sans précipitation , maintenant nous sommes deux à écouter. Mon acolyte reste surpris par la facilité déconcertante dont cet ampli vient à bout des morceaux, certains étant difficiles. pas d'agressivité, des basses fermes et présentes, un plaisir entier qui donne envie de battre la mesure sur les parties plus rock.J'adore Klaus SCHULZE , c'est du synthé des années 70, 1976 pour être exact, il y a beaucoup d'effets sonores, ça fait un peu collage, et c'est cela qui est bien ici, on entend tout mais sans que cela nuise au plaisir que l'on en retire.

Des percussions improbables s'unissent au délire planant des MOOG et autres, les multipistes son prises en flagrant délire, mais ce n'est pas ce qui compte, MOONDAWN est un album qui vous transporte dans une autre dimension. On finit par découvrir de nouveaux "trucs" avec cet ampli que l'on n'entendait pas forcément avec d'autres. Je finis par convaincre mon collègue aux bienfaits de cette musique.

Piano et basse ultra envoutants, nous voici dans un autre monde avec un disque de Jack DEJOHNETTE chez ECM, ce label est connu pour avoir son propre son, des musiciens de grands talents ont laissé des oeuvres inoubliables. Nait nous transporte sans trop de difficultés vers un horizon spatial avec cette image stéréo précise, pleine de relief. Les trois protagonistes sont aisément identifiables, là encore le timbre de chaque instrument remarquablement rendu.

Tout le monde en convient, du moins ceux qui l'ont entendu, l'amplificateur NAIM NAIT est une merveille d'équilibre, c'est un ampli à la fois tonique rapide, mais aussi doué d'une attention particulière à la musique reproduite. Je crois que le magasin l'a adopté et pour longtemps.


 

Connexion

Mot de passe perdu ?