Les enceinte ELAC Carina BS243.4

Cette nouvelle enceinte de type bibliothèque présentée par ELAC est une deux voies des plus originales. Les fréquences hautes sont confiées, comme souvent chez ce fabricant, à un tweeter à ruban dénommé ici JET. Le ruban a l’avantage d’être plus léger et plus rapide, ce qui améliore la directivité et abaisse considérablement la distorsion. Les autres fréquences médium/basses sont restituées par un haut-parleur de quatorze centimètres de diamètre, en aluminium, là aussi rigidité et légèreté sont de mise. L’ensemble de la caisse repose sur un socle légèrement incliné pour laisser la place à l’évent Bass reflex. La présentation est soignée et l’on dispose de deux finitions au choix, noire où blanche, rien n’est laissé au hasard, pour preuve la qualité extraordinaire du bornier de connexion.

L’histoire de la firme ELAC commence en 1926 avec la conception de sonde sous-marine, et connaîtra un franc succès avec ses platines tourne disques jusqu’à la fin des années quarante. Le développement de la partie enceintes acoustiques ne démarra qu’à partir de 1980, avec le succès que l’on connaît aujourd’hui. Le manufacturier allemand est basé à Kiel, une importante ville de voile, d’où le petit nom de « Carina » qui signifie quille en latin, quitte à donner un nom à un objet, autant lui donner un nom avec une signification, c’est plus poétique.


Quand on dispose d’une petite pièce, à la décoration savamment étudiée et meublée avec goût comme l’on s’en doute, doit-on pour autant se priver d’un système haute-fidélité digne de ce nom La réponse est non, bien sûr. Les enceintes ne sont jamais les bienvenues dans un intérieur, mais avec cette paire d’ELAC notre appréciation pourrait changer. Leur taille relativement acceptable implique un placement rigoureux, pas trop loin du mur arrière et surtout disposées à la bonne hauteur. Si vous invitiez Alfred BRENDEL ou bien Glenn GOULD à venir jouer chez vous et que vous leur présentiez un piano minuscule et mal disposé, ils ne seraient pas contents, vous ne croyez pas. Alors pourquoi ne pas prendre un minimum d’attention à choisir votre chaine, et surtout à bien mettre en œuvre vos enceintes afin de tirer le meilleur parti de vos enregistrements favoris ?


Plaçons donc nos enceintes correctement et installons-nous confortablement. Prenons un disque de BRENDEL interprétant une fantaisie chromatique et fugue de Bach. Le piano est bien disposé entre les enceintes, il pourrait sembler manquer d’un peu d’assise dans le grave, mais ceci est largement compensé par la beauté de l’ensemble, les subtilités de l’interprétation sont ici parfaitement rendues, la dynamique du piano fait tout à fait illusion. Mon chat vient s’installer sur une des enceintes, il est absolument d’accord avec mon jugement, le sien étant infaillible, cela en dit long sur la qualité de ces ELAC Carina.


L’autre grand pianiste qu’était Glenn GOULD s’est souvent fait qualifier d’excentrique, ces interprétations n’étant pas toujours au plus près de la partition. Même si cela peut être contestable pour certains, Glenn GOULD possédait un remarquable don d’interprète et un effet hypnotique dès qu’il était assis à son piano. Pour s’en convaincre, je vous invite à écouter les intermezzos pour clavier de Brahms. Tout y est si sensuel, les notes s’égrènent comme un ruisseau sans fin, une sonorité colorée révèle les moindres intonations de ces petites perles pianistiques. Les Carina là aussi sont admirables, révélant le toucher subtil de ce grand musicien, et contrairement à ce que je disais précédemment, ces enceintes restituent l’instrument avec beaucoup de présence, de belles sonorités la Carina en est bien pourvue, elles ne sont jamais agressives et sont à même de vous garantir de longues heures d’écoute sans lassitude. Je termine sous l’œil approbateur de mon chat. Faites lui confiance, si vous chercher des petites enceintes avec de vraies performances musicales, il se pourrait fort bien qu’elles vous soient destinées.


 

Connexion

Mot de passe perdu ?